Les différentes formes de Foodtech

Foodtech : les typologies

Manger mieux, découvrir et redécouvrir des saveurs d’ici ou d’ailleurs, inventer soutenir les façons de produire la nourriture de demain… le tout avec une touche numérique, c’est cela la Foodtech. Vous l’aurez compris, il n’y a pas un modèle, mais plusieurs types de Foodtech qui font que ce phénomène à peine né est déjà un vaste programme.

La Foodtech a tout conquis du champ à l’assiette

Les applications mobiles et autres avancées technologiques ont en réalité permis à tous les maillons de la chaine alimentaire de l’agriculteur au consommateur final en passant par les distributeurs de casser un mode d’alimentation dépassé. Chaque Foodtech contribue à changer et à améliorer notre relation avec la nourriture à sa manière. Les principaux pôles d’intervention de ces startups sont :

  • l’agriculture
  • la préparation (en cuisine)
  • la livraison
  • le partage
  • l’alimentation durable

LaFoodTech

Les Agtech

Ces Foodtech sont les paysans de l’ère numérique ou du moins, elles sont aux côtés des agriculteurs pour proposer des outils et des méthodes pour une agriculture différente. La qualité et la quantité sont au cœur des problématiques actuelles.

Pour y parvenir, les Agtech optimisent les productions grâce à la technologie : collecte et analyse de nombreuses données, utilisation d’outils automatisés comme le chauffage, l’éclairage et le système d’irrigation. Mais aussi le recours aux drones et autres logiciels intelligents qui aideront à lutter contre les parasites et maladies.

Les Agtech se vouent à concevoir des méthodes de production alternatives plus respectueuses de l’environnement telles que l’agriculture urbaine, les algues, les insectes, etc. Parmi les acteurs de cette branche de la Foodtech, on retrouve inVivo, Micronutris, Vitirover, Algama…

La Foodtech en cuisine

Accompagner les consommateurs aux fourneaux, c’est l’ambition de cet autre type de Foodtech. La tendance est aux kits repas prêts à cuisiner comme le propose Cook Angels ou Veganbox. Il y a également les plateformes qui permettent de réaliser des recettes telles que C’est mon gâteau ou de concocter du vrai fait maison comme kitchen trotter, Moi chef, kitchendiet ou encore Quitoque. Sans oublier les innovations technologiques qui deviennent de véritables coach et commis de cuisine. Cela fait évidemment penser à l’application nutritionniste Yuka, au robot Watson capable de suggérer des idées recettes ou au frigo connecté pour mieux gérer son stock de nourriture.

La Food Delivery

Cette catégorie de Foodtech est sans doute celle qui fait le plus parler d’elle. Et pour cause ? Notre mode de vie qui a radicalement changé en quelques années en grande partie dû à l’évolution phénoménale des moyens de communication. Mais pas seulement, le manque de temps, le besoin d’accéder à tout, tout de suite, a créé des consommateurs hyper connectés pressés, mais soucieux de son alimentation. La livraison de repas, de produits alimentaires ou de courses à domicile caracole en tête des concepts qui séduisent. Deliveroo, Allo Resto, VineaBox en sont quelques exemples.

Mais ces Foodtech spécialisées dans la livraison affirment aussi leur volonté de rapprocher les consommateurs des producteurs et réduire au minimum le nombre d’intermédiaires. Objectif ? Permettre aux agriculteurs et producteurs de faire connaitre leurs produits à de meilleurs prix, et proposer aux particuliers la qualité, le local et une vraie transparence. Exemple : La Ruche qui dit oui, Poiscaille, Monpotager, La boite du fromager, etc.

Les Foodtech qui misent sur le partage et la découverte

À l’ère de l’économie collaborative, il fallait s’attendre à ce que des concepts tournant autour du partage émergent. Il est désormais possible de manger chez l’habitant avec Vizeat, VoulezVousDiner, déguster des plats préparés par des particuliers passionnés de cuisine grâce à Comuneat, etc.

D’autres Foodtech mettent également en relation les consommateurs et les chefs, histoire de se faire plaisir avec des mets concoctés par des professionnels.

La lutte antigaspillage alimentaire

Notre société de consommation jette plus que ce qu’elle mange. Ce sont pourtant des produits qui ont nécessité des efforts, des ressources et de l’argent. Pour lutter contre le gaspillage, des Foodtech ont développé des applications (Partage ton Frigo, Too Good To Go), et des plateformes qui permettent d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard. OptiMiam, par exemple, fait en sorte que les commerçants puissent écouler des marchandises encore consommables et réduire les excédents périssables. À plus grande échelle, il y a Comerso qui agit auprès des supermarchés et grandes surfaces en Europe pour redistribuer les produits aux associations.